Retour en classe… Si oui, dans quelles conditions ?

Madame le Maire, forte du soutien de 36 maires de la Métropole, a interpellé aujourd’hui même le Préfet de Région et le Directeur des Services Départementaux de l’Education Nationale.

Bien consciente des risques sanitaires que cela suppose, il faut s’interroger sur la pertinence d’une telle décision dans la mesure où les messages qui nous ont été adressés par le gouvernement durant ce confinement ont été souvent contradictoires. Les communes ont dû faire face à une situation à laquelle elles n’avaient jamais été confrontées et la communication du gouvernement allait un peu dans tous les sens. Depuis l’annonce d’une rentrée le 11 mai, nous devons gérer les multiples questions qui nous sont posées et faire face aux inquiétudes ô combien légitimes des parents et des personnels.

  • Une rentrée, oui mais faut-il la faire dans la précipitation ?
  • Nous savons que le confinement n’a pas été respecté par tous… Qui est prêt à engager sa responsabilité en cas de seconde vague de contamination ?
  • Quelle contagiosité selon les personnes et les âges ? Nous n’avons même pas de réponse claire à ce sujet et nous avons des agents potentiellement à risques qui manqueront à l’appel.
  • Dans l’organisation d’une seule journée, pour chaque moment qui la ponctue, il faut pouvoir répondre à toutes les questions pour préserver la santé de tous. L’Etat apportera-t-il toutes les réponses ?
  • Des masques pour tout le monde, nous ne les avons pas. La loi de l’offre face à la demande fait son office et les prix comme les délais d’attente augmentent. Et si nous en avions, comment contraindre le port du masque à des enfants en bas-âge alors que des adultes eux-mêmes ont du mal à les supporter ?
  • Comment garantir la distanciation physique des personnes et des enfants tout au long de la journée ? Comment contraindre des enfants excités par cette rentrée et les amis qu’ils retrouvent ?
  • Dans une telle organisation, combien d’agents pour assurer l’encadrement, l’animation ?
  • Pour le nettoyage des locaux, comment ? Combien de fois ? Selon quels critères ?
  • Restauration scolaire ou pas ? Et comment faire respecter les distances-barrières dans des locaux exigus ?
  • Comment faire laver les mains aux enfants alors que nous ne pourrons pas physiquement maintenir les deux mètres de distance requis entre eux dans les toilettes ?
  • Etc.

Et beaucoup d’autres questions encore que nous n’avons pas. Qui sait si l’Etat va pouvoir y répondre et si nous aurons une feuille de route précise pour accompagner chaque intervenant, qu’il soit enseignant, animateur ou agent de la collectivité ?

PDF de la lettre au Préfet de Région et le Directeur des Services Départementaux de l’Education Nationale :

pdf